La thyroïdite

La maladie de Hashimoto

La thyroïdite, ou inflammation de la glande thyroïde, a de nombreuses causes. La cause la plus fréquente est la thyroïdite de Hashimoto, décrite pour la première fois par le Dr Hashimoto au Japon. Il s’agit d’un trouble inflammatoire chronique de la glande thyroïde causé par des anticorps sanguins anormaux et des globules blancs qui attaquent et endommagent les cellules thyroïdiennes. Le résultat final de cette soi-disant destruction “auto-immune” est l’hypothyroïdie ou un fonctionnement thyroïdien sous-actif. Certains patients sont capables de conserver une réserve thyroïdienne suffisante pour prévenir l’hypothyroïdie.

Caractéristiques cliniques

Les patients atteints de thyroïdite de Hashimoto sont généralement des femmes jeunes, d’âge moyen ou plus âgées. Ils ne présentent souvent aucun symptôme à part une légère pression sur la glande thyroïde et de la fatigue. Au début, il y a un goitre qui est ferme, légèrement irrégulier et parfois légèrement sensible. La douleur survient dans environ 10 % des cas. Aux stades ultérieurs, la thyroïde peut devenir petite et non palpable.

Tests de laboratoire

Le diagnostic de la thyroïdite de Hashimoto est confirmé par la découverte de taux élevés d’anticorps dans le sang. Ceux-ci agissent contre les propres protéines thyroïdiennes du patient. Le diagnostic peut être fermement établi en faisant une biopsie thyroïdienne, mais cela n’est généralement pas fait. Pour déterminer la fonction de la glande, le niveau de TSH (hormone stimulant la thyroïde) est mesuré dans le sang. La TSH est le signal hypophysaire qui contrôle la fonction et la croissance de la thyroïde (veuillez vous référer au guide de santé 2). Les femmes de plus de 50 ans doivent être régulièrement dépistées pour un dysfonctionnement thyroïdien.

Traitement

Le traitement de la thyroïdite de Hashimoto consiste à remplacer l’hormone thyroïdienne manquante, la thyroxine. Ceci est accompli en prenant une pilule contenant de la thyroxine (Euthyrox®, Synthroid®, Eltroxin®). Si le dysfonctionnement est léger, des doses de 50 à 75 microgrammes par jour peuvent suffire. La dose de remplacement moyenne pour un dysfonctionnement plus grave est de 1,6 microgrammes/kg de poids corporel. Si les patients présentent une hypothyroïdie et un goitre, le goitre diminuera généralement de 6 à 18 mois après l’introduction du traitement substitutif. Une fois que la dose appropriée de thyroxine a été établie, les patients atteints de thyroïdite de Hashimoto doivent être vus par leur médecin de famille au moins une fois par an pour s’assurer que la dose de thyroxine est toujours adéquate.

THYROÏDITE SUBAIGUË

La thyroïdite subaiguë est environ dix fois moins fréquente que la thyroïdite de Hashimoto. Il s’agit d’une forme transitoire de thyroïdite entraînant une hyperthyroïdie mais ne nécessitant pas de traitement à l’iode radioactif ni par thyroïdectomie. Il est prouvé que la thyroïdite subaiguë est causée par une infection virale puisque la plupart des patients ont eu une infection de la gorge quelques semaines avant la thyroïdite. La condition se produit dans de petites épidémies, généralement en association avec des infections virales connues.

Caractéristiques cliniques

La thyroïdite subaiguë comporte généralement trois phases mais certaines d’entre elles peuvent passer inaperçues car les symptômes sont légers. Il y a une phase initiale d’hyperthyroïdie, suivie d’une hypothyroïdie (parce que la réserve d’hormones thyroïdiennes a été épuisée et que la thyroïde récupère) puis d’un retour à une fonction thyroïdienne normale. Au début, les principaux symptômes sont un gonflement douloureux de la glande thyroïde et des symptômes d’hyperthyroïdie. Ces symptômes comprennent l’intolérance à la chaleur, la nervosité, les palpitations et la faiblesse. L’hyperthyroïdie est due à la fuite d’hormones thyroïdiennes des cellules thyroïdiennes endommagées à la suite de l’infection virale. Lors de l’examen initial, le patient a une glande thyroïde très sensible et enflée et de légers signes d’hyperthyroïdie.

Tests de laboratoire

Le diagnostic d’hyperthyroïdie peut être confirmé en montrant des niveaux élevés d’hormones thyroïdiennes dans le sang. La vitesse de sédimentation des érythrocytes sanguins (ESR), un test très utile pour cette condition, est très élevée (plus de 80) dans la phase inflammatoire. Le test d’absorption d’iode radioactif donne des résultats très faibles. La plage normale pour ce test est de 15 à 20 %. Dans la thyroïdite subaiguë, la fixation est généralement inférieure à 1 %. En effet, les cellules infectées par le virus sont «malades» et incapables d’absorber l’iode.

Traitement

Le traitement des formes plus bénignes de cette affection est l’aspirine ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens, administrés contre l’inflammation, l’enflure et la douleur. Les patients présentant des symptômes graves peuvent recevoir des stéroïdes (cortisone). Des bêta-bloquants peuvent également être administrés pour soulager les symptômes de l’hyperthyroïdie. Ce type de médicament est contre-indiqué chez les personnes asthmatiques. Dans la plupart des cas, le patient récupère, mais dans certains cas, il se reproduit. Certains peuvent nécessiter un traitement à la thyroxine pendant la phase temporaire de l’hypothyroïdie qui suit la phase hyperthyroïdienne.

La thyroïdite silencieuse

Une autre cause de thyroïdite, qui survient à peu près aussi fréquemment que la thyroïdite subaiguë, est la thyroïdite « silencieuse ». Ceci est ainsi nommé parce qu’il n’y a aucun symptôme ou signe d’inflammation de la thyroïde. Le patient est hyperthyroïdien au début et peut présenter les mêmes symptômes que les patients atteints d’hyperthyroïdie de Graves, mais passe ensuite par une phase hypothyroïdienne avant un rétablissement complet. La présence d’anticorps thyroïdiens, similaires à ceux observés dans la thyroïdite de Hashimoto, est un facteur de risque de persistance de l’hypothyroïdie.

La thyroïdite du postpartum

La thyroïdite post-partum survient fréquemment chez les femmes ayant des antécédents de maladie thyroïdienne qui ont récemment accouché. À bien des égards, la thyroïdite silencieuse et post-partum ressemble à la thyroïdite de Hashimoto, sauf que la glande a tendance à se rétablir et qu’un traitement aux hormones thyroïdiennes ne doit être administré que pendant quelques semaines. Cependant, elle diffère de la thyroïdite subaiguë en ce que les récidives sont fréquentes (10 %) et que l’évolution vers l’hypothyroïdie permanente est plus fréquente (10 %).

Mise à jour en mai 2010 par Hortensia Mircescu, MDFRCPC, Division d’endocrinologie, Centre hospitalier de l’Université de Montréal, professeure adjointe de clinique, Faculté de médecine, Université de Montréal à partir du texte original rédigé par : IrvingB.Rosen, MD., FRCS(C ), FACS, professeur de chirurgie, Université de Toronto, Département de chirurgie, Hôpital Mount Sinai; consultant en chirurgie, Princess Margaret Hospital, Ontario Cancer Institute et Paul G. Walfish CM, MD, FRCP(C), FACP, FRSM., professeur de médecine, de pédiatrie et d’oto-rhino-laryngologie, Université de Toronto; Consultant principal, programme d’endocrinologie et de métabolisme et d’oncologie de la tête et du cou, Mount Sinai Hospital.

Aidez-nous à aider les autres

SENSIBILISATION / PLAIDOYER

• Programmes d'éducation publique
• Plaidoyer pour l'amélioration des soins de la thyroïde
• Les activités annuelles du mois de juin sont les mois de la thyroïde

SOUTIEN AUX PATIENTS

• ligne d'aide téléphonique sans frais et accès e-mail pour les patients de la thyroïde
• Guides de santé thyroïdienne et autre matériel éducatif
• Lettre d'information Thyrobulletin
• Site Thyroid.ca avec les dernières nouvelles

RECHERCHE THYROÏDE

• Le programme annuel de bourses de recherche finance des projets menés dans les laboratoires canadiens de la thyroïde.