F.1.B

Troubles d’apprentissage chez les patients atteints d’une maladie auto-immune de la thyroïde et leurs familles

Lawrence C. Wood, MD, FACP

Massachusetts General Hospital, Boston

Président de la Fondation de la thyroïde de l’Amérique, Inc.

 Discours au chapitre de la région de Kingston de la Fondation canadienne de la thyroïde

 L’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie sont des troubles courants. Des études menées au Royaume-Uni et aux États-Unis nous ont donné une bonne idée de la prévalence de la dysfonction thyroïdienne dans la population générale et suggèrent qu’il y a environ 11 millions de personnes aux États-Unis et au Canada qui ont une activité hyperactive ou insuffisante thyroïde, dont deux millions ne se rendent pas compte qu’ils sont malades. La prévalence réelle de la “tendance” vers les troubles de la thyroïde vers les troubles thyroïdiens est probablement encore plus grande, comme le suggèrent les recherches montrant une élévation de la thyréostimuline (TSH) sérique chez 10 à 15% des femmes de plus de 50 ans.

 Troubles associés à la maladie auto-immune de la thyroïde

Je m’intéresse depuis longtemps à ces 10-15% de la population qui ont la “tendance” vers la maladie thyroïdienne auto-immune. Je me suis demandé à quoi d’autre ils pourraient avoir des problèmes – quels autres types de troubles pourraient apparaître chez eux et dans leurs familles à cause de cette tendance.

 La recherche qui a été faite suggère que les patients et leurs familles montreront probablement des tendances non seulement à l’hyperthyroïdie et à l’hypothyroïdie, mais aussi à certaines autres conditions, plus fréquemment que celles des autres familles qui n’ont pas cette preuve de problèmes thyroïdiens. Nous verrons ainsi un risque accru de diabète insulino-dépendant chez les membres de la famille, d’anémie pernicieuse (anémie par manque de vitamine B12), de cheveux gris prématurés, de taches blanches sur la peau, de vitiligo, de certaines formes d’arthrite, et probablement certaines conditions allergiques, y compris l’asthme, l’urticaire et le rhume des foins.

 Mon plus récent intérêt dans le domaine des problèmes thyroïdiens est lié à une tendance apparente accrue chez les hommes de ces familles à avoir différents types de problèmes d’apprentissage perceptuel. Je dis les hommes parce que les hommes sont beaucoup plus souvent touchés que les femmes avec ces problèmes d’apprentissage, bien que les femmes puissent parfois avoir de tels problèmes.

 Je soupçonne que la raison pour laquelle cette relation n’a pas été notée jusqu’à récemment est que les femmes de la famille ont tendance à avoir des problèmes de thyroïde alors que les hommes dans la famille (pas vu par le médecin en général) ont des problèmes d’apprentissage. En fait, il a fallu un événement fortuit pour me rendre compte de cette relation. Je sais depuis quelque temps que les cheveux gris prématurés ont tendance à se manifester plus fréquemment chez les patients atteints d’une maladie thyroïdienne auto-immune et chez les membres de leur famille par rapport à la population générale. Un jour, alors qu’il en discutait avec un collègue pédiatre et qui dirigeait une école pour enfants dysleptique, il m’a dit qu’il avait l’impression qu’il y avait une tendance accrue aux cheveux gris prématurés chez les parents d’enfants qui assistaient à ses séances spéciales. école. Prouver qu’une telle relation existe a été difficile et la fréquence exacte de l’association est encore à l’étude.

 Dyslexie développementale

Avant d’aller plus loin, je voudrais cependant définir le type de trouble d’apprentissage (également connu sous le nom de dyslexie développementale) dont je parle. La Fondation mondiale de neurologie de 1968 définissait la dyslexie développementale comme «un trouble chez les enfants qui, malgré l’expérience classique en classe, ne parviennent pas à acquérir les compétences linguistiques de lecture, d’écriture et d’orthographe correspondant à leurs capacités intellectuelles». Un comité subséquent a élargi cette définition en 1981 en incluant des difficultés dans l’acquisition et l’utilisation des capacités d’écoute, de parole, de lecture, d’écriture, de raisonnement ou de mathématiques – ces difficultés n’étant dues à aucun handicap ou effet environnemental.

 Les enfants dyslexiques ont tendance à être intelligents, leur QI moyen étant d’environ 130, et sont donc souvent capables de dissimuler leurs difficultés s’ils sont gênés par eux. Néanmoins, un parent alerte peut noter des omissions de mots en lecture, des pauses pendant la lecture, une plus grande capacité verbale par opposition à la lecture et l’écriture, des fautes d’orthographe, une mauvaise écriture ou une hyperactivité avec une courte attention. Le problème a tendance à se manifester dans les familles et certains traits persistent à l’âge adulte.

 Franchement, je connaissais très peu la dyslexie lorsque j’ai commencé mes études sur ce problème, mais je savais que les docteurs Norman Geschwind et Peter Behan avaient montré que les troubles d’apprentissage et certaines formes d’auto-immunité étaient plus fréquentes chez les gauchers que chez les gauchers population. Par conséquent, nous avons commencé par examiner l’incidence de la gaucherie chez les patients présentant divers types de problèmes thyroïdiens. Dans une population normale, environ 10% des individus seront soit gauchers soit ambidextres, et c’est la fréquence de ces traits chez les patients atteints de cancer de la thyroïde, de goitres nodulaires, de nodules thyroïdiens hyperactifs et chez les patients témoins sans trouble thyroïdien. Parmi ces patients et leurs familles, l’incidence globale de ces traits était de 11%. En revanche, il y avait une incidence de 17% de la gaucherie et d’ambidextérité chez les patients atteints de la maladie de Graves, la maladie de Hashimoto, l’hypothyroïdie primaire, et les membres de leur famille.

Pour obtenir une confirmation supplémentaire de l’hypothèse que les troubles d’apprentissage étaient plus fréquents chez les mâles des familles thyroïdiennes, j’ai étudié un groupe d’hommes ayant des problèmes de thyroïde. Seize des 22 hommes atteints de la maladie de Graves (73%) étaient gauchers ou ambidextres, comparativement à trois patients sur 18 (17%). De plus, lorsque ces hommes adultes ont été interrogés sur les traits qui pourraient suggérer des troubles d’apprentissage, l’incidence des inversions de lettres ou de chiffres, le bégaiement, les difficultés de lecture et d’écriture, la mauvaise orthographe, l’échec scolaire et les retards de développement, étaient 2,5 fois plus fréquents chez les hommes atteints d’hyper- et d’hypothyroïdie par rapport à la population témoin.

De meilleures techniques de dépistage sont nécessaires Le fait que les troubles d’apprentissage de ce genre semblent être plus fréquents chez les hommes et quelques femmes dans ces familles thyroïdiennes n’est pas une cause d’inquiétude dans mon jugement. La grande intelligence, les bonnes capacités verbales, les compétences mathématiques élevées, ainsi que les capacités artistiques et athlétiques que ces personnes démontrent souvent, en font des personnes fascinantes à connaître et peuvent leur apporter certains avantages dans des carrières telles que l’architecture, l’ingénierie, la politique et les ventes. En effet, parmi ceux connus pour être « affligés » de dyslexie, on compte Léonard de Vinci, Nelson Rockefeller, Gustave Flaubert, Thomas Edison, Agatha Christie, le général George Patton et l’athlète olympique Bruce Jenner.

 Droit d’auteur © Laz Fondation canadienne de la thyroïde. Reproduit de Thyrobulletin, Vol. 7, n ° 1. Pour commander une réimpression (2 $ P & H), contactez le bureau national ou votre section locale.

Avis de 2000

 

Aidez-nous à aider les autres

SENSIBILISATION / PLAIDOYER

• Programmes d'éducation publique
• Plaidoyer pour l'amélioration des soins de la thyroïde
• Les activités annuelles du mois de juin sont les mois de la thyroïde

SOUTIEN AUX PATIENTS

• ligne d'aide téléphonique sans frais et accès e-mail pour les patients de la thyroïde
• Guides de santé thyroïdienne et autre matériel éducatif
• Lettre d'information Thyrobulletin
• Site Thyroid.ca avec les dernières nouvelles

RECHERCHE THYROÏDE

• Le programme annuel de bourses de recherche finance des projets menés dans les laboratoires canadiens de la thyroïde.